Le Botanique fait sa rentrée et défend son projet pour le Cirque royal

Voter

Le Centre culturel de la Communauté française Le Botanique, situé rue Royale à Saint-Josse-ten-Noode, a présenté mercredi soir sa programmation de rentrée et son nouveau projet pour le Cirque royal à Bruxelles.

Paul-Henri Wauters, directeur adjoint du Botanique et programmateur musique, se réjouit, après les baisses enregistrées à la suite des attentats de Paris et Bruxelles, de voir le public revenir au Botanique avec une fréquentation proche de celle de l’année passée à la même période. Plus de 150 artistes sont programmés d’ici fin décembre, avec notamment la chanteuse américaine Angel Onsen le 29 octobre, le nouveau projet du rappeur belge Scylla, le rappeur américain Mick Jenkins le 9 novembre, le groupe anglais Blossoms le 25 octobre, le groupe de pop-rock belge Sharko à l’Orangerie, ou le chanteur suédois José González au Cirque royal. “C’est vraiment un travail de découverte”, commente Paul-Henri Wauters. “Le Botanique est un lieu où on peut voir en avant-première dans des concerts intimistes des groupes qui sont amenés à devenir grands”.

Le Botanique a aussi présenté son projet pour le Cirque royal. Pour rappel, la Ville, propriétaire de cette salle de spectacle, a cassé l’an dernier la convention qui la liait depuis 1999 au Botanique pour en reprendre elle-même la gestion au 30 juin prochain. A la suite d’un recours, elle a lancé un appel à projet. En lice, la Ville de Bruxelles via son asbl Brussels Expo et le Botanique pour la direction artistique en partenariat avec la société privée Sportpaleis pour l’assise financière. Le Collège devra se prononcer au mois d’octobre, avec en son sein Philippe Close, échevin du Tourisme et président de l’ASBL Brussels Expo.

“On avait un bail de 27 ans à l’origine et on a redonné une seconde vie à cette salle en développant une programmation artistique et musicale de manière très importante”, relève la directrice du Botanique Annie Valentini. “Notre dossier est solide sur le plan artistique, avec un projet abouti de soutien aux artistes de la communauté française et aux artistes belges de manière générale. On considère que notre expertise additionnée à la capacité d’investissement et de gestion du Sportpaleis constituent un dossier très solide”. Si elle reconnaît l’expérience de Brussels Expo dans l’événementiel, elle se questionne sur ses ambitions artistiques : “On craint que la formule de Brussels Expo soit essentiellement basée sur des priorités commerciales. Il y a eu un très gros investissement financier au Palais 12 avec pour le moment peu de retour sur le plan artistique et peu d’artistes programmés

votre avis nous intéresse !

Réagissez

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez